CRCO
Le CRCO, pour accompagner nos artistes vers les plus hauts sommets
AccueilRegard sur...
Regard sur...
Archives

Sylvie Grégoire


C’est par une magnifique journée automnale que j’entrepris mon escapade vers Blue Sea, traversant monts et vallées de l’Outaouais afin de rencontrer une artiste des plus chaleureuses et attachantes.

Une rencontre avec l’art et l’amour, une rencontre avec Sylvie Grégoire.
 

Son enfance

Née d’un père ingénieur et d’une mère dévouée, Sylvie Grégoire et ses 7 frères et sœurs eurent la chance de grandir dans une famille où la musique et l’art faisaient partie intégrante de leur quotidien. Très jeune, Sylvie Grégoire savait qu’elle était une artiste dans l’âme.

Son parcours

Sylvie Grégoire n’a pas su garder les pieds au sol très longtemps. L’esprit vif et des rêves plein la tête, elle entreprit, adolescente, une multitude de voyages qui lui permirent non seulement de découvrir le monde, mais d’y apprendre la vie sous toutes ses facettes.

De l’Espagne à Haïti, de l’Asie au Brésil en passant par l’Inde, elle ne cessa de parfaire ses connaissances en y étudiant. D’école en école, c’est finalement à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) qu’elle obtint son baccalauréat en arts visuels.

Une véritable passion s’éveilla en 1984 chez Sylvie Grégoire lorsqu’elle suivit un atelier de papier-matière à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Ce contact avec la matière vint augmenter considérablement ses sources d’inspiration et de créativité. Sa relation avec l’écriture, la luminosité et l’art se vit alors transformée, la rapprochant encore plus de la réalité telle qu’elle la ressentait plutôt que telle qu’elle la voyait.

1987 fut une année faste pour l’artiste Sylvie Grégoire. Possédant une mineure en pédagogie,  elle obtint avec brio sa majeure en arts visuels à l’Université Laval à Québec. Elle ouvrit durant cette même année un atelier d’art pour enfants et un atelier de recyclage du papier, offrant ainsi à la population de Blue Sea des espaces de création et de respect de l’environnement. Sylvie Grégoire offrit plusieurs ateliers de travaux d’art durant les années 80, partageant ainsi sa plus grande passion.

Rappelons notamment sa participation à différents projets communautaires pour les coopératives de paysans tels que des projets de pépinières, de jardins biologiques, d’énergie solaire, d’hygiène, d’alphabétisation et d’animation culturelle.
 



Mais son implication ne s’arrêta pas là !
 

Lorsqu’on regarde le parcours professionnel de Sylvie Grégoire, on ne peut que saisir la grandeur d’âme qui l’habite. Elle réussit, pendant bon nombre d’années, à marier l’art et l’éducation avec grande habileté, permettant à ses élèves de briser les frontières en allant chercher, en chacun d’eux, le trésor caché leur permettant d’atteindre la liberté de l’âme. C’est à la Commission scolaire des Hauts-Bois-de-l’Outaouais, à Maniwaki, qu’elle enseigna à ses élèves ce plaisir de créer, ce plaisir de vivre. L’on pourrait décrire l’enseignement de Sylvie Grégoire comme de l’art thérapie.
 

 


L’on voit parfois inutile l’art dans un système d’éducation rigide où les notes et la perfection prévalent. Malgré ces perceptions, Sylvie Grégoire a su se battre tout au long de sa carrière pour faire valoir l’importance de l’art dans l’éducation. Elle garda ainsi son emploi jusqu’à cette année, où elle perdit le combat contre ce système parfois trop austère.

Véritable missionnaire, Sylvie Grégoire a su transmettre non seulement sa passion, mais aussi sa joie et sa force de vivre auprès de ceux qui en avaient le plus besoin.

L’artiste

Lorsque qu’on demande à Sylvie Grégoire comment elle se décrit en tant qu’artiste, c’est avec le sourire aux lèvres qu’elle nous répond : « privilégiée, je me sens privilégiée car il n’y a aucune limite dans l’expression. C’est une richesse intérieure qui nous appartient et je considère que c’est une chance unique pour moi d’avoir la possibilité de créer sans retenue ».

On ne saurait décrire l’artiste Sylvie Grégoire mieux que lui. On ne saurait trouver meilleure éloge que ce qu’a écrit Josué Jude Carrier à propos de son amie. Je me permets de le citer car je ne saurais trouver les mots justes pour égaler ses propos.

 

J’avoue qu’il a fallu que j’y touche pour y croire. Sylvie Grégoire avait beau me jurer qu’elle n’utilisait que de l’acrylique et des toiles blanches, j’aurais pu jurer moi aussi qu’elle peignait avec les rayons du soleil en guise de pinceaux sur des canevas découpés dans des ciels chutés, des paysages au bord du bourgeonnement.

Ses icônes réinventées, couronnées de métal, se rapprochent de celles de Raoul Dufy, de Chagall avec leur signature ludique, aérienne où chaque trait est fleur, rose, lys tigré auréolant ces êtres ailés qui hante l’artiste depuis quelques années. Vous l’aurez deviné, ce sont des anges qu’elle met en scène, rieurs, complices, messagers de paix et d’harmonie, gardiens des énergies positives et négatives de notre inconscient. Qu’ils s’agissent de chérubins, de séraphins ou bien d’archanges, ces êtres d’essence divine sont porteurs d’une lumière majuscule qui transcende la toile, qui enveloppe le visiteur, le regardeur dans une aura de réconfort amusant.

La source d’inspiration de Sylvie Grégoire est la Bible; elle en tire ses personnages solaires, concentrant « toutes ses énergies pour les expulser sur la toile », ligne après ligne, couleur après couleur […]. On se sent confiant en déambulant au milieu de ses tableaux, et quelques soient nos croyances, ils nous apaisent et nous rassasient l’âme.

Ses réalisations

Sa spontanéité et sa créativité ont donné naissance à des œuvres qui parlent d’elles-mêmes. En voici quelques-unes.

 

          

                                                                                                          

 

                 

 


C’est seulement lorsqu’on prend le temps de regarder l’ensemble des réalisations de Sylvie Grégoire que l’on peut alors comprendre la magnitude qui s’en dégage.

Il n’en demeure pas moins que les deux grands enfants de Sylvie Grégoire demeurent les réalisations dont elle se dit la plus fière, comme toute bonne maman vous dirait.

Ses projets à venir

 

La carrière d’artiste a pris d’assaut le quotidien de Sylvie Grégoire et l’ennui ne fait pas parti de son horaire. Très active au sein du milieu culturel, elle a notamment participé aux Journées de la culture. Ce projet d’envergure a été relevé avec brio par l’artiste et d’autres projets sont à venir.

Authentique, généreuse, patiente et passionnée ne sont là que quelques caractéristiques de la personnalité pétillante de Sylvie Grégoire.

 


Souhaitons à Sylvie Grégoire une source intarissable d’inspiration
et un avenir prospère !

 


En terminant, voici un écrit qu’affectionne particulièrement Sylvie Grégoire et qui reflète sa vision…


Extrait de Lettres à un jeune poète :

Si votre quotidien vous paraît pauvre, ne l’accusez pas, accusez-vous vous-même, dites-vous que vous n’êtes pas assez poète pour appeler à vous ses richesses car pour celui qui crée il n’y a pas de pauvreté, pas de lieu pauvre et indifférent…

Rainer Maria Rilke
 

Archives
Intranet
S'abonner au bulletin
Adapter ses activités culturelles: porte d'entrée au milieu scolaire
Durée : 14 heures
Début : 25 et 28 janvier 2019, de 9h à 17h

Le CRCO sur Twitter Le CRCO sur Facebook
Dernière mise à jour : 17 octobre 2018
©  Culture Outaouais
Site réalisé par Distantia